lundi 8 mai 2017

De la chambre au couloir, entre ciel et neige. (Camille)

C’est parti pour un week-end d’alpi avec Laurent ! Mais qui dit Laurent, dit bivouac ! C’est donc chargés comme des mules que nous remontons la vallée d’Aspe samedi matin.



Il fait beau et on est large niveau timing, alors on autorise quelques pauses à nos petits dos. Par la même occasion, on dérange un peu plus longtemps les habitantes de cette vallée qui se dorent la pilule au soleil, les marmottes ! Ça siffle, ça se chamaille, ça joue… Le printemps est là les copines !





La neige est bientôt sous nos pieds et après avoir franchi la première barre rocheuse, on se trouve une terrasse parfaite pour établir notre campement ! Ce soir nous verrons de notre chambre le cirque de Gavarnie, la célèbre brèche de Roland, le Tallion et l’imposant Marboré, on n’est pas si seuls que ça finalement dans la montagne !



Evidemment, chargés comme on l’était, on n’a pas pris de pelle ! Alors on creuse avec nos bols pour se créer un joli petit nid, aussi nommé le temple du sein, au grand plaisir de Laurent !





Quoi d’autre d’exceptionnel avec Laurent ? Lyoph interdit en bivouac ! Oui oui, on s’est monté de bons légumes du marché et un dessert fantastique… des fraises ! Alors ça valait vraiment le coup de faire les sherpas jusque là ! Et c’est déjà à moitié glissés dans nos duvets que nous dégustons ce repas de roi, en n’ayant pas mieux comme programme télé qu’un magnifique coucher de soleil, teintant le ciel de milles couleurs changeant à chaque minute… Les montagnes se voilent d’un halo rose avant de passer dans l’ombre de la nuit. Moment magique…








Nous imitons bientôt les locales, gros dodo de marmotte en fermant les yeux sur le ciel rempli d’étoiles. Non mais sérieux, elle n’est pas belle la vie ???



Réveil tout aussi magnifique avec la lune qui nous fait un dernier clin d’œil. Nous attendons qu’Hélios vienne nous éclairer le minois et nous réchauffer un peu la couenne avant de sortir des duvets. La nuit a été froide et nous sommes recouverts de givre !





Un petit thé pour se réchauffer puis nous chaussons les crampons, piolets en mains pour attaquer l’objectif du week-end, le couloir Sud-Est du Soum d’Aspé. Première expérience en couloir pour moi, je suis excitée comme une puce mais je me tais (pour une fois !!), je veux savourer le calme que nous offre la montagne et surtout garder mon énergie pour la journée !



On longe essentiellement le bord droit du couloir pour pouvoir placer un petit friend ou piton de temps en temps (en chantant « savez-vous planter des clous, à ma mode à la mode… »).






La pente devient de plus en plus inclinée, on passe de debout à 4 pates et quand le rocher est trop pourri pour protéger, je découvre l’existence et l’utilité des pieux à neige !



C’est une très belle ascension et j’adore cette impression de jouer l’aventurière, d’apprendre à lire la montagne, à se protéger quand il faut et comme il faut, faire attention à chacun de ses pas et à ceux de son compagnon de cordée.




Enfin au sommet, on se permet une pause rapide pour recharger les batteries et calmer l’hypoglycémie qui fait tourner ma tête ! Puis c’est reparti pour une loooooooongue et périlleuse descente ! On longe l’arête au Nord puis descente dans des cailloux un peu pourris, je ne fais pas la maline. Il faut ensuite se dénicher un itinéraire entre les barres rocheuses et redescendre des pentes de neiges engagées. On prend notre temps et tout se passe bien, on est sauvés ! ;-)



Sauf qu’on atterrit plus bas que le bivouac ! Laurent vide son sac et toutes ses affaires sur mes épaules et va récupérer nos duvets et matelas. Il gambade tel un isard dans la montagne et nous nous retrouvons dans la vallée pour finir la route ensemble. On est crevés et ce chemin est interminable !

Arrive enfin le bonheur de poser les sacs et d’enlever les chaussures !!! Quel super week-end plein de belles images et chouettes sensations ! Encore merci Laurent !!



samedi 25 mars 2017

Semaine glacée à Guillestre

Dans l’EPAF quand on parle de Guillestre ce sont tout pleins d’anecdotes et bons souvenirs qui se réveillent …alors cette année on remet ça !

Il nous manque notre cher David, en vadrouille sauvage dans le Caucase pour plusieurs mois (pour suivre ses aventures c’est par là https://caucase2017.wordpress.com), ainsi que les copines kinder surprises, et celle en vadrouille au Pérou… Mais il reste tout de même un bon noyau : Nadia, Anabelle, Nadiuska, Ihintza et Tereza. C’est après 8h de route, et avec grand plaisir qu’on retrouve notre super Chalet Gulliver (http://www.chalets-gulliver.com/). D’ailleurs il est tellement spacieux qu’on a invité les deux Thomas et Sylvain. Un peu de gente masculine qui nous concocter un bon repas lorsqu’on rentre vers 20h affamées… !!

Arrivées au chalet on reprend nos marques, le matos en bas dans la salle chauffée, l’organisation de la cuisine, la corbeille de fruits déborde, et…le squattage du canapé avec l’ordinateur pour chercher des infos sur les conditions. Nous n’avons pas planifié grand choses avant notre arrivée…à part faire un max de glace ! Demain pour la reprise, et affronter la tempête de neige ce sera direction Aiguille.
 
Réveil tranquille, il a neigé toute la nuit et c’est pas prêt de s’arrêter… On prend le rythme vacances et c’est après un petit déjeuner délicieux que nous optons pour l’action. 1ère étape : mettre les chaines et sortir la voiture, jusque là ça va on contrôle. 2ème étape : maitriser la route sinueuse du Queyras…ah là, on contrôle un peu moins… ! On a droit à une petite glissade tête à queue, mais on repart comme si de rien n’était. Y en a d’autres qui sur le même virage 24h plus tard ont fait un bisou au caillou…avec une roue en moins le mini bus du CAF a eu un peu plus de mal à repartir ! Bref nous voilà arrivés à Aiguille, ouille que la reprise est difficile pour certaines, mais avec les conseilles des copines (« rentre les fesses ! ») et quelques longueurs plus tard ça commence à revenir. C’est aussi le baptême de glace de Thomas : « en fait c’est sympa votre truc ! ». On finit au bar pour se réchauffer autour d’un bon chocolat chaud, à parler de voyages en Afrique !

 
 
 
 

 
 Le deuxième jour, nous partons pour Ceillac, cette fois-ci c’est réveil à 6h car nous voulons être les premières sur place pour éviter les embouteillages dans les Y. Cette excellente idée nous a valu de devoir ouvrir la trace dans la neige fraiche. On commence à se demander si on a bien fait nos comptes… ! Nous partons à trois cordées dans les Y. Ihintza et Nadia  commencent et choisissent de partir dans le Y de gauche. Anabelle et Nadiuska, partent à droite dans la bifurcation, puis Tereza et Thomas continuent à gauche. C’est nettoyage et brassage au programme !

Après ça, on se retrouve tous au pied de Sombre Héros. Ihintza fait la première tentative dans le cigare, mais la fatigue des bras se fait sentir et la pression des gens qui ont pris leur ticket derrière, lui font passer son tour. C’est donc Nadiuska qui s’y colle. Elle profite des broches posées par Ihintza et termine la longueur comme une chef. À la base du cigare, nous retrouvons Eric et le groupe jeune du 65. Ça papote et rigole autour d’un thermos de thé et d’un saucisson… toujours un plaisir de les croiser ces rigolos ! Puis c’est le reste de l’équipe, qui fait la longueur en second, il y a des cordes dans tous les sens. Le jeu, c’est de planter le piolet sans toucher de corde… on n’a pas le choix il nous faut  troquer les coups de piolets contre du crochetage ! Bel exercice ! La longueur est un vrai régal pour tout le monde. De retour au camion (oui à 6 dans le camion avec tout le matos…ça passe large !), on se régal de pain et fromage et on file au chalet le sourire jusqu’aux oreilles.

 
 
 
 
 
 


 
 
 
Nous choisissons Cervières pour notre troisième journée. Certains groupes du CAF y étaient la veille et nous informent que c’est en bonnes conditions. C’est donc parti pour une bonne heure d’approche en ski de randonnée, et une belle journée de couennes. Nadiuska se lance en tête dans une très belle longueur raide, au repos à mis hauteur elle nous lance un petit « c’est que ça m’impressionne ! », tout le monde l’encourage et profitera de sa corde pendant la journée ! Tereza va faire une longueur en tête de l’autre côté de l’arche, tandis que Ihintza et Nadia partent faire de la moulinette dans le raide. Elles ne se sont même pas échauffées qu’elles ont déjà les bras bouteille. Ihintza, fait une petit chute par surprise, le piolet lui n’avait pas envie de redescendre…il est resté bien ancré là haut ! Les moulinettes mises en place par les différents groupes, nous permettent d’essayer plusieurs voies sans trop attendre, malgré le monde au pied du secteur. Charles organise et supervise tout cela. Cette année le cigare central est formé, nous sautons donc sur l’occasion pour aller l’essayer...wahou quelle ambiance ! Thomas nous fait un beau duo : après avoir cassé un crampon, il perd son casque qui dévale la pente en contrebas. Tereza se dévoue pour aller chercher le casque de son homme à ski, et en profite pour faire quelques virages dans la poudre.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ce soir là, nous passons à l’Auberge de jeunesse pour assister au breafing du Caf car nous souhaitons proposer d’encadrer une journée initiation à Aiguilles. Pas de motivés pour Aiguilles ce jour là, ce sera donc pour certaines d’entre nous une journée de repos. Sauf pour Thomas et Tereza qui partent faire Fracastaurus à Freissinières, pour leur dernier jour de stage. Anabelle part grimper avec Thomas et Sylvain (qui est arrivé la veille au soir), de nouveau à Aiguilles pour une seconde journée d’initiation. Le soir c’est ambiance fourmilière italienne : pendant qu’Anabelle pétrie la pâte à pizza, chacun s’active en cuisine pour préparer des garnitures en tout genre. Vient ensuite le moment d’expression créative puis…la dégustation ! Des pizzas maison y a rien de tel !

 Apres le départ de Tereza et Thomas, nous ne sommes plus que 4 Epaf. Nous formons donc deux cordées: deux leaders, Nadiuska et Ihintza et on tire au sort pour savoir qui grimpe avec qui. Au final ce sera binome rouge : Nadiuska et Anabelle pour la première cordée et binome bleu : Ihintza et Nadia pour la deuxième. Ce jour là c’est l’anniversaire d’Anabelle ! Nous partons aux Orres et choisissons de faire la voie Nadia. C’est à notre tour de profiter des traces pour l’approche et on est bien contentes de ne pas avoir à brasser ! La deuxième longueur a peu de glace et pose problème à Nadiuska pour protéger, même en second ça fait un peu peur. Ihintza, elle,  passe comme une flèche, l’ambiance lui plait ! Le reste de la voie est super, nous nous suivons de près et cela nous permet de grimper comme si nous formions une seule et même cordée, on est seules et ça nous plait ! Le soir c’est foie gras et gâteau d’anniversaire! Anabelle a plusieurs choses à fêter ;)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pour notre dernier jour, nous souhaitions aller à Freissinières mais il n’y a pas vraiment de bonnes conditions. Nous choisissons donc d’aller à Crévoux au plus grand désespoir de Nadiuska, qui sait déjà que nous ferons l’approche en ski et évidemment la descente aussi. Cette cascade logée en fond de vallée est une pure merveille avec toutes ses stalactites de glace. Après une heure et demi d’approche, la fatigue de la fin de semaine se fait sentir. Ça n’empêche pas les filles de bien grimper et de puiser dans leurs dernières ressources pour bien profiter de la journée. Au programme: longueur bien raide pour Ihintza, cascade en chaussure de ski pour Nadiuska, crochetages et rentré de fesses pour Anabelle et Nadia. La nature nous offre un dernier joli cadeau, avec un bel arc-en-ciel au dessus de nos têtes. Nadiuska s’en sort très bien dans la descente et c’est à la tombée de la nuit que nous rejoignons la voiture. Finalement pour une dernière journée que l’on pensait tranquille, on en aura profité jusqu’au dernier moment ! On rêve de rentrer et mettre les pieds sous la table en profitant d’un repas préparé par les garçons. En arrivant la lumière est éteinte…dommage ils ne sont pas encore là ? C’est finalement au prix d’une chasse au trésor pour retrouver les clés que nous découvrons notre trésor…une odeur de lasagnes, des bières et des pistaches … merci les garçons !
 
 
 
 
 
 
 
 
C’est déjà l’heure de rentrer chez nous, c’est passé beaucoup trop vite mais qu’est-ce que c’était bon ! En résumé: des copines, de la cascade, du beau temps, des bon p'tits repas… que demander de mieux ?! :D